- Festival Arabesques de Montpellier (23 mai 2009) : Souad Massi


Une soirée extraordinaire et bien imprévue !

Quelle belle surprise m'a réservé Montpellier ! Alors que je consultais la newsletter de Mondomix, je clique sur le lien Arabesc ouisque l'affiche est magnifique et voilà que je me rends compte que Souad Massi fait partie de la fête. Son spectacle étant prévu le 24, tout est ok puisque je serai effectivement sur la ville. Je rentre d'un autre magnifique spectacle qui avait lieu à Valence. Il s'agissait de la création de la pièce Bleu, Blanc, Vert, d'après le roman de Maïssa Bey. Je vous en parlerai dans un autre article. Ne déflorons pas le sujet...

Revenons au spectacle de Souad. Dès que j'ai eu pris connaissance de la nouvelle, je me précipite au téléphone pour m'assurer auprès de Maryline qui me reçoit que nous étions bien libre. Je tente ensuite de joindre le festival pour obtenir deux places. Finalement, le 24, alors que nous étions sur la route, j'ai Manu, le régisseur de Souad, au téléphone qui me dit mettre deux invitations à la billetterie et nous invite à la balance que nous ratons de très peu.

Finalement, Souad me donne deux pass, afin que nous soyons libre sur le site. Nous discutons comme si nous allions rattraper ces deux années sabns que l'on puisse se voir. Le lien est toujours aussi fort ainsi qu'avec Abdel, son mari et manager et bien sûr Jeff, Rabah et le batteur à la jolie casquette. Le bassiste est nouveau et très sympa. Malheureusement Hamid ne sera pas là pour cause de budget. On fera donc sans le oud.
Souad part coucher Inji, ce merveilleux petit trésor. Pendant ce temps j'assiste à la balance d'Amazigh Kateb qui vient de Gnawa diffusion dobnt la réputation n'est plus à faire.

Ils assurent grave et laissent présager d'un show à la hauteur du talent de Souad Massi.

Un petit tour sur le site nous révèle combien ce lieu est formidable pour ce festival, quatrième édition d'Arabesc qui en appelle bien d'autres. Là je rencontre l'équipe de Kaïna qui est la chaîne télé qui couvre le festival. Après avoir bavardé avec eux à propos de Souad, ils sont intéressé par mon témoignage d'ami. Nous convenons de nous voir après l'hommage à Mahmoud Darwich.

L'hommage à Mahmoud Darwich, grand poète palestinien a été un moment très fort. Souad Massi a accepté au pied levé de lire un de ses poèmes en arabe et là encore les larmes me sont venues aux yeux. L'accompagnement musical, aussi discret que beau a bien soutenu ctte lecture.

Puis ce fut le tour d'autres artistes et personnalités parmi lesquelles Kateb Amazigh et son groupe, un rapeur et un artiste local dont le nom m'échappe qui ont lu des poèmes de paix et d'espoir. La musique était omniprésente et l'ensemble était très réussi.

À la fin du spectacle je rejoignis Kaïna TV
. J'ai raconté ma rencontre avec Souad, un matin au volant de ma voiture... C'était sur France Inter, en 1999, et je me suis dit instantanément : " Ce sera une grande dame de la chanson " C'est ce qui s'est passé puisque Souad a eu très vite le prix Charles Cros et récemment la Victoire de la musique du Monde (2008). Puis Souad est venu à l'Avant-Scène de Cognac, en première partie de Charlebois. C'est là que nous avons parlé la première fois. Elle était transie de trac, seule sur scène avec sa guitare et le désormais célèbre " Raoui ". Sa voix était et reste sublime. L'année d'après, elle est veue pour son spectacle. Je venais faire des photos pour le théâtre pendant la balance et, à peine rentré dans la salle, elle m'interpelle :" Jean-Michel ! " Elle arrête tout, descend de scène et vient m'embrasser... Voilà notre histoire d'amour artistique et humaine, sous le contrôle d'Abdel a Khouya ! Depuis chaque fois que je le peux, je vais la voir et chaque fois c'est un enchantement !

Galerie photos

Les affiches des 4 éditions


La scène
La déco
La déco : le gombri

La déco : la mandoline

La déco : le oud
Puis est venu le temps de la musique, de la fièvre du live.

Kateb rentre sur scène et déjà les drapeaux kabyles et amazigh font leur apparition. à peine assis sagement sur un gradin du magnifique amphithéâtre d'O que les jambes me démangent et je vais me frayer un passage parmi les danseurs et surtout les magnifiques danseuses au pied de la scène. C'est très vite du délire et Kateb assure grave : " Le pouvoir au femmes algériennes Inch'Allah. Y'en a marre des généraux avec les moustaches en plastique ! " Tonnerre d'applaudissements, youyous magnifiques, les poils se dressent sur tout mon corps, j'ai les larmes aux yeux.

Le terrain est prêt pour Souad et ses musiciens. Ça va barder, d'autant que j'apporte à Souad un délicieux coktail au gingembre par une superbe malienne, en échange d'une photo après le spectacle.

Mon pass me permet toute liberté et c'est bien agréable. Muni de mon appareil photo, je passe du backstage à la fosse et je ne me prive pas de mitrailler tout ce qui bouge.

Les techniciens ont quelques problèmes de son et sont plongés dans leurs faisceaux invraissemblables de fils.

Finalement, Manu le régisseur de Souad fait signe que tout est ok. Les guitares sont accordées. C'est le temps du concert ! Me voilà donc posté pile poil face au micro, au ras de la scène, comme d'hab'. Un clin d'œil lorsque Souad me repère, elle sourit et parle avec les fans au pied de la scène et le concert démarre comme un bolide, dans une ambiance de feu. Pas de round d'observation. Jeff fait toujours merveille à la guitare. les gens sont déchaînés et dansent d'emblée.

Souad a un nouveau bas-siste. Je vou-lais qu'elle chante " Bla-di ", mais il ne la connaît pas. Elle m'a pro-mis de me faire ce plaisir à Jonzac le 19 juillet.


J'attends donc ce jour avec impatience.
Yawlidi déclenche un triomphe, toute le monde saute. Puis une succession de chansons douces et l'incontournable partie de manivelle entre Rabah aux percussions (en l'occurence la derbouka) et le batteur. Triomphe absolu, tout le monde en redemande.

" Ghir Enta " et " Ech Dani " relancent le public dans des danses endiablées. Tout le monde chante en arabe. Souad elle-même en est impressionnée puisqu'il y a beaucoup de Français qui se livrent à l'exercice. A un moment, j'avais la stéréo : ma voisine kabyle, de sa belle voix faisait les chœurs et je l'ai encouragée à continuer.
Comme à l'habitude Jeff assure com-me un malade et il est bien aidé par ses copains musi-ciens avec qui il a une gran-de compli-cité. Je re-marque au passage qu'il a une six cor-des et une guitare électrique. Il a laissé de côté la douze cordes avec son charme si particulier.

Souad filmée par Kaïna Tv
Nécessite Réal Player
video
Mais il faut bien, finir... Les quatre musiciens tapent très fort et mettent avec Souad une ambiance de feu.
En me retournant je vois Inji, 3 ans et demi qui danse avec papa Abdel qui, pour une fois, va voir le spectacle de sa femme depuis les gradins.

Comme d'habitude, la scène se vide et Souad reste seule avec sa guitare : c'est le moment sacré de " Raoui ". Les bruits se calment, l'exitation baisse d'un cran et aux premières notes de l'arpège, c'est le silence et le recueillement. La voix cristalline de Souad nous envoûte. C'est le grand frisson et les larmes qui montent aux yeux. Le public reprend " Hadjitek, Madjitek ", sans que la magnifique Souad fasse quoi que ce soit. Et ça peut durer longtemps, toute la nuit tellement c'est beau. Les musiciens trempés de sueur viennent saluer. Souad serre des mains à volonté. Tout le monde en veut encore. Ils reviendront sur scène trois fois sous les bis du public conquis et finalement je vais les rejoindre en compagnie de mon amie Maryline, qui n'en revient pas de m'avoir vu si actif pendant le concert, backstage. On tombe dans les bras l'un de l'autre avec Souad et elle discute un moment avec Kateb qui vient la féliciter. Puis c'est au tour de Monsieur le Consul de bavarder avec Souad.

Une fois détendue, Souad consent à penser à manger. Abdel et l'infatigable Inji nous rejoignent et nous partageons un succulent repas : salade variée, cury de poulet gargantuesque et dessert surprise fait acvec des concombres, du sucre et de la fleur d'oranger. C'est délicieux. Il est plus de 2 h du matin, il est grand temps d'aller dormir. Avant, je me mets d'accord avec Souad pour développer un site Internet digne de ce nom puisque celui fait par Universal est laissé à l'abandon, malgré ses protestations. Donc avis à
tous, d'ici un mois Un nouveau site sera en ligne. Les amis du Groupe Yahoo! en seront prévenu et les autres seront alertés sur ce blog.
Je ne terminerai pas sans dire combien la direction, les bénévoles de ce jeune festival sont sympathiaques et compétents. Ils ont la chance d'avoir un lieu magnifique et j'espère bien que l'on continuera de leur donner les moyens de faire du si bel ouvrage. Rendez-vous l'an prochain : je couvrirai le festival en tant que correspondant de la revue l'IvrEsQ, jeune revue littéraire algérienne, dirigée par Nassira Belloula. Le 19 Juillet je réaliserai une interview exclusive de Souad que l'on retrouvera dans ses colonnes.
Salam et vive la fraternisation des Peuples et des Cultures !