dimanche 2 décembre 2012

La nationalité Algérienne : c'est possible !

Ecrivons ensemble une Histoire partagée
Reconnaissons les enfants de l'Algérie !
 
"Je ne suis pas très douée pour parler de ma personne. Toutefois je précise que lors du vote du code de la nationalité au lendemain de l’indépendance, en 1963, n’étant pas musulmane, il m’a été demandé de faire cette demande de nationalité algérienne en faisant état des services rendus à la lutte pour l’indépendance et en renonçant à ma nationalité française. Je n’ai pas voulu me soumettre à cette injonction, mes ancêtres étant depuis plus de 2000 ans en Algérie. Depuis, il ne m’a jamais été proposé de la demander !" Alice Cherki Neuropsychiatre, née à Alger (In El Watan, 17.10.11.)
Par décret du 13/11/2012, le Président de la République Algérienne vient de lui accorder la nationalité Algérienne. Je me réjouis qu'elle puisse en bénéficier. Cela démontre que c'est possible et c'est tant mieux !
Encore faut-il être dans la bonne catégorie. Alice Cherki s'est signalée pour son soutien à la lutte d'Indépendance du Peuple Algérien et c'est très bien. A 14 ans, je ne pouvais pas m'illustrer dans la résistance Algérienne... Pourquoi faut-il être dans des boîtes pour entrer dans tel ou tel autre cercle ? La proximité avec le Chef de l'Etat Français y est-elle pour quelque chose ?
Ce décret rend justice aux Juifs Algériens. Cet acte ne compense pas les effets du décret Crémieux.
La famille de mon père venait d'Espagne et était installée depuis de très nombreuses années sur le littoral Algérois. Ca n'est pas moins noble. Messieurs les politiques, arrêtez d'opposer les choses, de diviser les gens. Nous avons besoin de partager une Histoire commune, comme ne cessent de le dire justement Mohamed Harbi et Benjamin Stora. FAISONS-LE !
 
Vous qui lisez ce billet, si vous avez des infos supplémentaires que je ne trouve pas sur Internet, merci de me les communiquer. Merci de ne pas polémiquer, à propos de cette situation, ça n'est absolument pas le but de ce post. Tout commentaire malsain sera effacé.

mardi 27 novembre 2012

Mon combat pour obtenir la Nationalité Algérienne (suite) : "Je veux être Algérien" - Mon Journal

Combat pour l'obtention de la nationalité algérienne
 Un grand Sahalek à Hichem Abboud qui a publié ces 4 pages sur mon combat
et celui de mes amis d'Algerie-Djezaïr



C'est l'histoire de Jean Michel Pascal, un petit gars du "Rocher" qui a bien grandi. Certains s'y reconnaîtront, d'autres comprendront peut-être mieux ce qui s'est réellement passé, ce qui se passe de l'autre côté de la méditerranée.En 1962, personne ne m'a demandé mon avis, comme pour beaucoup d'autres adolescents il n'y avait rien à comprendre, rien à demander.
C'était dans l'air du temps, tout le monde, ou presque, ne pensait qu'à une chose : partir ! Pourquoi ? Essentiellement, parce que la déception était énorme, la peur de l'après indépendance était la plus forte et, ce qu'on appelait les Pieds Noirs étaient persuadés qu'ils ne pourraient désormais plus vivre avec la communauté arabe. Et pourtant...
Aujourd'hui, avec le recul, une meilleure connaissance des faits, à l'abri de l'intox, on réalise combien cet exode était infondé parce que provoqué par les extrémistes de l’Algérie française. Et pourtant... je me souviens, lorsque mes frères arabes étaient dans la rue en liesse pour fêter leur indépendance, je me souviens que nous étions enfermés chez nous, stupidement inquiets, plus décidés que jamais à partir…Qu'aurais-je fait si j'avais été en âge de décider ? Ça je ne le saurai jamais ! Il me faut vivre avec cette interrogation et le sentiment d'avoir été privé de mon Pays, de ma terre natale, de ma ville, de cette belle Cirta, de Ksentina fièrement perchée sur son rocher, avec son Rhumel qui la transperce et ses multiples ponts qui sont un des charmes de cette ville dont on parle trop peu. Il n'y a pas de hasard. Sans doute fallait-il attendre la maturité pour passer à l'acte et profiter d'autres retours qui revêtent un vrai travail de quête pour faire le bilan, retrouver des émotions, des moments, des êtres ! Mais l y a plus que cela. Après trois retours en Algérie, j'ai dépassé le cadre des souvenirs retrouvés ou perdus. Aujourd'hui, si je retourne au bled, c'est que j'en ai besoin pour vivre mon pays et faire le plus de choses possibles pour lui et avec lui. Je me projette dans l'avenir de ce pays et, à travers mes retours que je voudrais être annuels, dans ma ville de Constantine, je tente de garder le lien, d'être en phase avec l'actualité algérienne et de contribuer, à mon niveau, au futur de ma terre natale. J'ai en effet besoin de parler de ma terre natale, tellement l'éloignement m'est pénible. 2006 et 2007, ne m'ont malheureusement pas permis de retrouver ma ville, au rythme d'un mois tous les ans. Vraisemblablement, il en sera de même pour 2008... Heureusement que les amis sur place, avec qui je maintiens le contact, m'aident à supporter cette douloureuse séparation. je mène un projet d'écriture d'un ouvrage intitulé "Passeport pour mon Pays". Je contnue mes démarches pour obtenir la nationalité algérienne et je dois dire que c'est un long parcourt du combattant parsemé d'embûches, de difficultés, d'incompréhensions, de frustrations, de désillusions et de colère. Malgré tout, je tiens bon le cap et une prochaine contribution fera le point sur cette question.
Une aventure sans fin ?

jeudi 22 novembre 2012

GAZA en Quatre cartes

Frères Palestiniens, nous sommes là !
Voilà la vérité !
 
 
Dilem (Liberté Journal Algérien)
 
 
 
 


samedi 17 novembre 2012

Souad Massi va faire une tournée en Algérie du 14 au 21 février 2013

Souad se produira à l'invitation des CCF en Algérie !

La tournée de Souad en Algérie : Oran, Tlemcen, Annaba, Constantine et Alger
 
Mes amis Algériens, vous l'attendez depuis longtemps, il va fallor lui faire un triomphe !
 
Une info, à vérifier : pour Constantine, le 19/02, Souad passerait au Théâtre régional.
 
 
 
 L'emplacement du Théâtre Régionalm de Constantine, près de la Place de la Brêche

 Le Centre de Constantine

 
 
Mon quartier
 
 La maison où j'habitais
 
 

Souad Massi à Miribel le 9/11/2012

Souad Massi : “Je rêvais d’être guitariste”
 
À l'occasion du concert donné par le groupe Chœurs de Cordoue à l’Allegro, le Journal de la Côtière a rencontré son interprète principale, Souad Massi.

 

Souad Massi aime aussi le flamenco
Comment vous est venue l’idée de monter ce concert avec Éric Fernandez ?

On avait chacun notre carrière, notre groupe, mais on se connaissait depuis longtemps. On n’avait jamais joué ensemble. Un soir, on était chez des amis et pour s'amuser on a décidé de jouer ensemble. C'était de l'improvisation et on a commencé à composer ensemble spontanément, on adorait le rendu, ça a commencé comme ça. Au fil du temps, on a décidé de jouer ensemble, de mettre nos origines différentes au service de la musique.

Comment s'est faite la rencontre entre les membres du groupe ?


Éric, je le connais depuis dix ans. Quand je suis arrivée d'Algérie en 1999, je suis allée sur Paris pour devenir chanteuse, et il jouait dans un club, le club où je chantais. On est devenu amis. Mais Choeurs de Cordoue, c'est un groupe, il n'y a pas que nous deux. Il y a l'accordéoniste, Alexandre Lootod, José Cortez à la percussion, une danseuse qui est aussi musicienne, Sabrina Romero, et Manolo Gimenez, un chanteur de flamenco. Essentiellement, ils viennent de son ancien groupe. On est neuf, mais ce soir nous ne sommes que six.

Devenir chanteuse, c'était ce dont vous rêviez ?


Je ne rêvais pas de chanter, mais je rêvais d'être guitariste. Mon oncle et mes cousins sont tous guitaristes, cet instrument m'a ensorcelée. Je me suis mise à la guitare, et comme j'aime la poésie, j'ai écrit des paroles. Plus tard, avec des amis on a fait un groupe pour le plaisir mais… Je ne comprends toujours pas comment je suis devenue chanteuse, j'étais une grande timide. Beaucoup de circonstances ont fait que. J'ai été poussée par les événements, et j'ai eu la chance d'avoir des amis sincères et mes frères pour m'aider.

vendredi 16 novembre 2012

jeudi 15 novembre 2012

Voyage en Brière : Les marais salants de Pradel

Les marais salants de Pradel
 
 
Pour feuilleter l'album
cliquer sur la couverture


mercredi 14 novembre 2012

La Gauche du PS et la Gauche de la Gauche

Suite à la venue de G. Filoche à Cognac...
 
Gérard Filoche


Lors de la manifestation le 14/11/2012 à Angoulême
à l'appel de la CES
Oui, il fallait le souffle d'un passionné de Gauche à Cognac. Il a eu raison de faire un tel discours, avec cette flamme. G. Filoche a eu raison parce qu'il permet le débat et à Gauche c'est essentiel, dans la situation dans laquelle nous sommes.
Le souffle permet aux Femmes et aux Hommes d'avancer, d'espérer, de s'enthousiasmer pour une cause. Malheureusement, il ne suffit pas ! Derrière, il faut trancher, fixer les priorités et refuser l'inacceptable. Cela passe par de l'idéologie (oh ! le gros mot...) et par la volonté de réinventer le socialisme en y attelant toutes les forces vives de la Gauche. C'est possible, aujourd'hui, tout de suite, maintenant.
 
Nous n'avons pas le temps d'attendre, parce que la situation est sérieuse : la crise s'approfondie, l'arrogance de la Droite est d'autant plus forte que le Gouvernement cède tous les jours à ses exigences, le grand patronat se renforce d'autant que la direction du MEDEF a chaque jour l'occasion de se féliciter de l'action du Gouvernement, tout en demandant une louche de plus.

Lors de la manifestation le 14/11/2012 à Angoulême
à l'appel de la CES
Depuis que je milite, depuis 68, où j'ai fait mes armes sur le terrain (merci Maurice !), je suis convaincu que chaque fois que la Droite se félicite d'une situation, c'est que les travailleurs en prennent plein la poire, chaque fois que le Grand Capital exploite plus les travailleurs, le moment de l'émancipation recule (Et oui, le marxisme ne me lâche pas !). Je suis encore convaincu que la plus-value (encore un gros mot !) produite doit revenir au Peuple, même si on ne peut plus voir les choses exactement comme en 68. C'est pourquoi je dis que nous avons à réinventer le socialisme. J'emplois toujours ce mot, connoté, parce que je n’en ai pas d’autres. L’essentiel c’est de comprendre que nous avons à mettre une autre construction économique face au Capitalisme. Le mot, on a le temps de le trouver ! Le système économique alternatif, non ! C’est ça qui va donner l’Espoir qui manque tant et qui était si présent en 68.

Le combat que G. Filoche mène avec les camarades de sa motion, je le respecte, je le trouve utile. Mais au nom de cela, on ne peut pas être caution d’un Gouvernement qui fait sur l’essentiel une politique de Droite.

Je le redis : le contenu de l’Union est essentiel et le positionnement contre le Capitalisme est primordial. Dès lors, oui on peut trouver les points de convergence. Avançons ensemble, dépassons les appareils et nous empêcherons non seulement la venue au pouvoir du FN-Droite Populaire, mais plus encore, nous permettrons aux jeunes générations de reconstruire une France prospère, à visage humain.
 
Le billet que j'ai laissé sur le blog de G. Filoche, suite à sa conférence du samedi 10/11/2012 à Cognac :
 
Bonjour Gérard,

J'étais un auditeur de la conférence que tu as brillamment donnée à Cognac, samedi 10 novembre.

J'ai beaucoup apprécié ton intervention qui était tellement claire que je n'ai eu aucune difficulté à prendre des notes. Dans le cas contraire, je n'y arrive pas ! Donc une intervention très pédagogique, essentielle dans son contenu et parsemée d'anecdotes tirées de ta vie professionnelle qui ont efficacement éclairé tes affirmations. Je passe sur l'humour dont tu es coutumier.

J'ai regretté le temps qui a manqué pour débattre plus, mais ça tu n'en es pas responsable. Sans doute que l'heure de début était un peu tardive (11 h).

J'aurais aimé avoir le temps de t'interpeller sur quelques points qui me paraissent fondamentaux. C'est la raison de ce billet.

Tu n’as pas abordé le contenu de l’union, sous prétexte qu’il faut faire gagner le gouvernement qu’il faut soutenir. Lequel : celui qui mène une politique de Droite ? Ignorer ce débat, c’est condamner l’Union.

De la même façon, à aucun moment tu ne remets en cause le système capitaliste. C’est comme si l’économie mondialisée par les tenants des capitaux, pouvait s’aménager. C’est la vieille démarche sociale-démocrate qui nous a emmenés là où nous sommes : à force de concessions, de compromissions, les tenants de cette pensée sont devenus des Libéraux-Démocrates.
 
Un exemple, un seul : Tu n’hésites pas à affirmer être contre la hausse de la TVA, mais à moduler ton jugement en la différenciant de celle envisagée par Sarkozy (Y aurait-il une bonne TVA ?) en déclarant qu’il y a + 0,4% équilibré par – 0,5%. C’est d’abord, en dehors du fait d’accepter la « mesure adoucie », oublier que les secteurs touchés sont loin d’être équivalents et qu’en second lieu, cela reste une mesure profondément injuste qui va encore toucher les plus pauvres. Bref une mesure de droite !

C’est dans ce cadre que la gauche du PS ferraille, mais elle se prive d’un argument décisif : il faut changer le logiciel économique. Cette bataille est nationale, mais aussi et d’une façon indispensable au niveau européen et mondial, puisque l’économie est globalisée. D’où l’importance de la manif de la CES le 14/11 !

En disant cela, je ne te conteste pas le droit de vouloir rester au PS. C’est un choix stratégique respectable que je n’ai pas le droit de remettre en cause. Par contre j’y oppose un autre choix : celui de changer le PS de l’extérieur. J’ai eu cette démarche moi-même lorsque après une longue voie militante, j’ai décidé de quitter mes camarades du PCF, à l’époque où sous la direction de Robert Hue, le parti m’a paru abandonner ce qui faisait sa force : le côté révolutionnaire. A cette époque, il est entré lui aussi, à sa façon dans une démarche clientéliste, à la remorque du PS tout puissant qui seul pouvait lui assurer un groupe au Parlement. C’est ainsi qu’enfin, après des années où je me sentais orphelin, est arrivé le PG avec sa démarche de construction du FDG et, à présent, d’un rassemblement plus large, à la gauche de la gauche, pour infléchir sensiblement la position du PS. Oui, je ressens là comme un espoir et une issue possible, au niveau de notre pays. Sinon, tu le sais c’est la victoire à terme du FN-Droite Populaire.
 
Tout ce que tu as dit sur la Finance, la politique Européenne, la sacro-sainte compétitivité, les banques qui se gavent et que le gouvernement continue à alimenter, les contre-vérités sur la dette, etc.Tout ça je ne peux que l’approuver. Mais comme dirait l’autre : « faut conclure », Camarade…
 
Je te salue et j’espère avoir une autre occasion de débattre avec toi.

Résistance !
 
Sa réponse :
 
Merci de ton message,

Le « contenu de l’union » ? Mais rien à craindre au contraire, il résulte forcément de l’union ! Il ne peut être qu’au « centre » du périmètre de l’union ! Il faut chercher ce qui unit pour plus facilement unir, des points simples, communs, clairs : la défense des 35 h, la hausse du Smic, le contrôle des licenciements et proposer l’unité dessus, des campagnes communes, enfoncer le clou, une seule victoire commune pour « one single issue » fait plus que mille discours et surtout que mille polémiques pour transformer les consciences et créer une dynamique unitaire qui… déborde !
Bien sûr le 14 est important !

J’ai dit que j’étais contre TOUTE TVA parce que favorable à l’impôt direct et progressif, avec 20 tranches, etc…
Mais c’est vrai, la TVA Ayrault n’est pas tout à fait la TVA Sarkozy…
Avec la gauche on n’a pas tout ce qu’on veut mais avec la droite on a tout ce qu’on ne veut pas

Nos positions, c’est écrit partout dans nos textes, articles, revues, mels, livres, dans D&S mensuel, dans le site, sur mon blog, sur facebook et tweeter et dans notre dernier livre « dette indigne » et dans nos réunions…

Bien sûr, agir hors du PS est nécessaire et possible, mais en luttant en avançant pour l’unité, pas en passant son temps à la compétition pour la destruction du PS, c’est une imbécillité théorique, politique, pratique sectaire et contre productive que de répéter sans cesse que le PS est un « astre mort »… le PS est bien vivant, c’est le 1er parti de gauche de France, c’est ainsi, il faut partir de là pour transformer la gauche, pas de sa négation…

Le PG a tous les droits d’exister, après tout Mélenchon fait ce que j’ai fait pendant trente ans avant lui, et je fais ce qu’il croyait juste encore avant hier, que ça finisse donc par se compléter de façon consciente déclarée, pas par s’opposer de façon bornée.

Sans unité de toute la gauche aucune grande victoire n’est possible…
Bien à toi,
Gérard

lundi 12 novembre 2012

Constantine en vidéo

Cirta, Ksentina, Qacentina, La ville des ponts...
 


Malouf : Taoufik Bestandji en concert à l'olympia en 2003 et à Bourges 2010

 Taoufik Bestandji : Le Malouf Arabo-Andalou
Constantinois
 


Une vidéo de 
 
Merveilleux Zajal dans ce concert du festival de Bourges (20 avril 2010). Taoufik avec son orchestre parisien au sommet de son art.
 
Taoufik chant et Alto, K. Labaci à la guitare, L. Belhadad au Kanoun, A. Aoubdia au oud, A. Hamidou au jouaq, J. de Souza au violoncelle, Z. Yahyaoui à la derbouka, N. Boussaboua au tar.
 
Cet orchestre s'est produit dans environ 350 concerts sur 6 ans.
 
 Taoufik Bestandji : A l'Olympia en 2003
 


dimanche 11 novembre 2012

J.L. Mélanchon sur France 3 au 12/13 du 11/112012

Quand les journalistes ne font pas la loi !
 
Bruno Jeudy en charge de l'interview choc a été complètement inexistant, ne pouvant que poser les questions prévues et ne pouvant jamais rebondir !
 
J.L. Mélanchon a déroulé ce qu'il voulait faire passer. Un modèle du genre !
 
 


L'Oued Rhumel de Constantine

 
Consultez ce site qui est très fourni, documenté
et très bien fait : http://lerhumel.free.fr/


La Camif, comme si vous y étiez ! (suite et fin)

Réception faite du meuble commandé à la Camif, je diffuse le premier post de ce blog  mis en lien sur le site de la Camif et dans des courriels au SAV et à la Direction générale :
"Je suis de retour pour l'épilogue : http://yahia-ksentina.blogspot.fr/2012/11/commander-la-camif-cest-du-sport-et.html

Il est clair à présent que ça n'est pas un bon d'achat qui me dédommagera de l'état du meuble supérieur, de la perte financière et des dommages matériels au quotidien.

J'attends vos propositions."
 
Le 10/11/2012 je reçois enfin ce que j'attendais de la Camif pour clore ce dossier :
 
"Bonjour,
Merci de nous avoir contactés par email.
En réponse à votre mail concernant la commande n°
194219 je vous informe que mon service comptabilité procédera à un remboursement de 75€ sous un délais maximum de 30 jours et par chèque.

Merci de votre compréhension et toutes nos excuses pour le désagrément occasionné.
A très bientôt sur CAMIF."
 
La démonstration est faite que l'on n'est pas impuissant devant ces groupes incolores et inodores. Cela prend du temps, mais avec l'aide efficace des associations de consommateurs, en l'occurence UFC QUE CHOISIR et une détermination sans faille, il est possible de rentrer dans ses droits.
 
Là s'achève cette aventure Camif, en ce qui me concerne...

vendredi 9 novembre 2012

Le Malouf : la musique savante de Constantine

Structure de la Noubat Malouf
Source : Blog NoubatDeCirta
  

Noubat El Mazmoum
 

La musique classique Arabo-Andalouse
La musique classique Arabo-Andalouse est née avec Ziryab, un disciple de Ishaq El Mawsili, sous le règne de ABDERAHMENE II au XIXème siècle. C'est à Cordoue qu'il se fixe en 822 et la musique classique Arabe va suivre une évolution propre qui se perpétuera plus tard dans l'ensemble des pays du maghreb.

CheikhToumi un des grands Cheikh du malouf
 chez lui à Constantine (mai 2004)
Ziryab, homme très cultivé ''assigne à la musique un rôle psychique et thérapeutique qu'il relie au signe du zodiaque, aux éléments, aux tempéraments qui correspondent aux maqams''. Ainsi est né le système modal, tonal, et orchestral des vingt-quatre Noubats qui désigne aussi bien une suite de mouvements bien ordonnancés d'une pièce musicale que les tûbûs (modes) eux-mêmes.
 
La structure de la Noubat Malouf

Le répertoire Malouf de Constantine est composé de dix Noubats qui sont les suivantes :

Dil, M'djenba, H'sine Saba, Raml Maya, Raml, Zidane, Mezmoum, Sika, Rasd E'ddil, Maya.




Cheikh Darsouni de Bestandjia
à Constantine (mai 2004)
Les modes (Tûbûs) utilisés pour ses Noubats sont les suivants : Dil (Do), Zidane (Re), H'sine(Re), Raml Maya (Re), Mezmoum (Fa), Sika (Mi), Rasd E'ddil (Do), Maya (Do). A noter, que les Noubats Dil et Mezmoum n'existaient pas dans le répertoire Malouf. Les mélodies qui composent ces deux Noubats étaient éparpillées et c'est grâce à un travail de recherche que Kaddour Darsouni a effectué que ces Noubats sont venues enrichir l'Ecole de Constantine. La Noubat Malouf de Constantine est structurée de la manière suivante :
1/ Bachraf ou Touchia : c'est une ouverture instrumental avec une mesure 4/4, (sauf pour le bechraf Raml qui a une mesure 7/8 et la Touchia Dil 6/8) jouée à l'unisson et qui permet aussi aux musiciens d'accorder leurs instruments.
2/ M'ceddar : c'est le premier mouvement qui est exécuté sur un rythme lent appelé aussi '' M'rabaâ'' avec une mesure 16/8.
3/ B'taihi : c'est le deuxième mouvement exécuté en 6/8 avec un temps fort
4/Dardj : il existe deux mesures qui désignent ce mouvement. La première en 8/8 appelée Dardj Thaqil et la deuxième en ¾ appelée Dardj Khafif.
5/ Ensraf : mouvement exécuté en 5/8
6/ Khlas : c'est le final, mélodie d'allure vive en 6/8
 
Généralement à chaque Noubat correspond un Bachraf ou une Touchia.
 
Un élève de Cheikh Darsouni
Bestandjia Constantine (mai 2004)
En dehors des Khlass, chaque mouvement est précédé d'une introduction musicale appelée Koursi. Malheureusement l'Ecole de Constantine n'en a conservé que quelques uns. Certains sont propres aux mouvements, d'autres sont tirés principalement de la Touchia Zidane ou appartiennent à des mouvements qui ont le même mode (ex : le Koursi M'ceddar Rasd E'ddil est utilisé pour le m'ceddar Maya). Les Dardj n'ont cependant pas de Koursi.
 
Le Bechraf de la Nouba M'djenba est spécifique ; il est connu sous le nom de Bechraf M'rabaâ et se caractérise par des compositions musicales construites sur cinq modes différents. Il débute par le mode H'sine (RE) suivi des modes Sika (MI) Dil (RE), Zidane (LA), et se termine sur le mode M'haier (RE).
 

Heures et Moments d'interprétations des Noubats : A titre indicatif, il y a une tradition qui fixe les heures d'interprétations des Noubat. C'est un rite qui est confirmé par le sens des paroles et par ce fluide sentimental (Tarab) de joie ou de tristesse que l'orchestre communique à l'auditoire.


Association Maqam
Constantine (mai 2004)
A Constantine il est généralement admis que les Noubats doivent être normalement interprétées selon les indications ci-après : Mezmoum entre 11 heures et 13 heures

Sika entre 14 heures et 16 heures

Raml entre 18 heures et 20 heures

Raml El Maya entre 20 heures et 22 heures

H'sine entre 22 heures et 24 heures

Dil, M'djenba entre 23 heures et 01 heure

Zidane entre 24 heures et 02 heures 30

Rasd E'ddil entre 02 heures 30 et 03 heures

Maya entre 03 heures 30 et 05 heures

Plus de renseignements aller sur : NoubatDeCirta

La Camif, comme si vous y étiez !

Commander à la CAMIF, c'est du sport et chronophage...
 
Il a mis le temps, ça m'a pris du temps, mais il est arrivé !
Le voilà, il est arrivé, commandé depuis le 20/09/2012 et livré le 07/11/2012 !
La CAMIF, nouvelle formule, est d'une efficacité
à toute épreuve pour peu qu'on ait: du temps,
de l'Opiniâtreté et de la patience...
 
Des rayures et des marques
le long des glissières...
 
 
 
 
 
 
 
Encore des rayures et des marques
le long des glissières...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Des marques sur le haut du meuble...
 
Encore des marques sur le haut du meuble...
 
Des marques de colle sur tout le pourtour des vitres...
 
Encore des marques de colle sur tout le pourtour des vitres...
 
 
Pascal Jean-Michel                                                                                           Le 17/10/2012
A
PDG du Groupe Matelsom
286 Rue du Stade
79180 CHAURAY
 
CAMIF - Service clients
BP 89138
79061 Niort Cedex 9
Ref : Commandes 200077607 et 194219
 
Monsieur,
 
J'ai le regret de porter à votre connaissance les faits suivants :
 
1/ Date de commande : 20 septembre 2012 (commande N° 200077607). Il s'agit d'un Buffet teck 4 portes, 4 tiroirs Bergen et d'un Haut pour buffet teck Bergen 4 portes. Total de la commande 2 220,00 € prélevé par virement sur mon compte Banque Populaire le 21/09/2012 (VIR Groupe Matelsom, N° commande 200077607)
 
2/ Premier souci avec cette commande : Kwixo. Je vous rappelle le texte de mon intervention du 20 septembre, sur votre page FB :
 
"Jean-Michel Pascal a publié sur Camif
 
20 septembre.
 
Je viens de passer un temps fou pour commander et surtout régler 2 meubles pour un montant de 2220 €.
J'avais choisi Kwixo, paiement en 3x sans frais (3x740 €). Ca s'est corsé, lorsque je suis passé sur Kwixo pour effectuer mon paiement. Arrivé à la carte Visa, tout s'est compliqué puisque le paiement était refusé, alors que les données étaient bonnes. Je me fais donc jeter en me conseillant de prendre contact avec ma banque. Ce que je m'empresse de faire.
Après recherche sur le serveur des raisons du refus de paiement, il apparaît que le montant demandé est de 2220 €, ce qui ne cadre pas avec mes en courts CB du mois et le plafonnement à 2300 €. Je téléphone donc à Kwixo, explique mon cas, en faisant remarquer que ça n'est pas 2220 € d'un coup, mais en 3 fois et que donc, si c'était cette somme de 740 € qui était retenue par Kwixo, je n'aurai eu aucun pb. Au bout du fil, on me dit que c'est la faute de ma banque et que Kwixo ne peut rien y faire, alors que c'est cet organisme qui déclare 2220 € à la banque, alors que ne seront retirés que 740 € entre le 10 et le 17 octobre.
Pas moyen de se faire entendre et de guerre lasse, je dis à mon interlocutrice passablement excédée que je peux payer cash, mais que ça me fait perdre deux mois d'intérêts de mon compte épargne et que je me sentais pénalisé par un système stupide. Alors là, elle n’a pas aimé du tout : "Puisque vous pouvez payer comptant, je vois pas le problème !" et pan, je te raccroche au nez !
Bon, c'est un bon moyen pour qu’on n'y revienne pas. J'ai fini par payer avec un virement par Internet, après bien d'autres aventures techniques que vous ne soupçonnez même pas !
La CAMIF, faut faire quelque chose, non ? "
 
Voici la réponse de votre collaboratrice : 21 septembre, 15:42
 
" Camif Bonjour Jean Michel. Nous sommes désolé pour votre mésaventure, et allons nous renseigner afin que cela ne se reproduise plus. Veuillez accepter toutes nos excuses. Cordialement, Auréline@Camif "
 
3/ Je suis avisé par vos services, sur Internet que ma commande a été expédiée le 02/10 et que la date de livraison est prévue entre le 08 et le 15 octobre, le transporteur étant AGEDISS.
 
4/ Le 15 octobre, n'ayant toujours eu aucun avis téléphonique ou Internet, j'appelle La Camif pour savoir ce qui se passait. Là il m'est répondu que le transporteur AGEDISS avait refusé le colis le 02/10/2012 puisque le meuble était détérioré et qu'il me fallait me mettre en relation avec eux.
 
5/ Je téléphone à AGEDISS au 0811907000 muni de mon n° de bordereau de livraison fourni par La Camif (3184528). Après recherche il m'est répondu qu'en effet le colis avait été refusé par la plate-forme de Niort et que c'était à elle de me prévenir.
 
6/ Je téléphone à AGEDISS Niort au N° 0549042000 qui me confirme que le meuble était abîmé et donc refusé. Par contre mon interlocuteur ne comprend pas que l'agence générale m'ait dit que c'était à Niort de me prévenir du retard engendré par ce refus, légitime, de ce colis. Il me conseille de reprendre contact avec La Camif qui, selon lui, est responsable.
 
7/ Je retéléphone donc à La Camif et fais l'historique de mes démarches. Mon interlocutrice me déclare qu'elle comprend très bien mon agacement, mais que ça n'est pas à La Camif de gérer les livraisons. Je lui indique donc que j'en ai assez de tourner en rond et lui signifie mon profond mécontentement et lui demande faire remonter l'information aussi bien au niveau de La Camif que d'AGEDISS.
 
Conclusion : J'ai payé 2220 € depuis le 21/09/2012, j'ai pris mes dispositions à mon domicile pour vider mon ancien bahut de façon à installer le meuble dès réception. Les affaires sont dispersées dans plusieurs pièces de mon domicile. Je ne sais toujours pas quand je peux espérer être livré puisque personne (La Camif comme AGEDISS) ne peut me le dire et personne ne reconnaît sa responsabilité.
 
8/ Message reçu ce jour (15/10/2012) de "Re: Camif : [Suivi livraison] - Pascal - 200077607 [181231-1350276871] "Interne Matelsom" " à 16 h 34 :
 
"  MATELSOM: REPONSE A VOTRE MESSAGE
 
Bonjour,
 
Merci de nous avoir contactés par email.
 
Concernant votre commande N°200077607, comme convenu par téléphone, nous vous invitons à contacter notre Service client, car à ce jour le transporteur nous informe que nous ne pouvons vous livrer le buffet et le haut de la gamme Bergen, car ceux-ci ont été endommagés durant le transport.
 
Nous aimerions savoir si vous souhaitez effectuer une nouvelle commande ou procéder au remboursement.
 
Nous vous remercions de votre compréhension.
 
Le Service Client se tient à votre disposition du lundi au samedi de 9 h à 18 h au 09 69 39 69 49 (coût d'un appel local).
A très bientôt sur Camif.
Cordialement,
Marine
 
 
Voici ma réponse :
 
"Bonjour,
 
A la réception de votre message, j’ai la sensation de vivre un cauchemar !
Vous osez me demander si je “souhaite effectuer une nouvelle commande ou être remboursé”. Si je comprends bien, la commande est au point mort, alors que j’ai vidé le bahut de ma salle de séjour, dans l’attente de l’arrivée de ma commande. Est-ce que par hasard, vous ne vous ficheriez pas du monde ?
C’est d’autant plus choquant que je viens d’envoyer, ce matin, par le Contact du site Camif le courriel (déjà cité plus haut) à la direction générale »
 
9/ A midi, de ce jour (16/10/2012), n'ayant toujours pas de réponse satisfaisante quant au règlement de mon dossier j'ai appelé le service de suivi des commandes. La conseillère que j'ai eu en ligne, après avoir pris connaissance de mes difficultés a renouvelé ma commande 200077607, devenue caduque du fait d'une détérioration de son contenu constatée par la plate-forme AGEDISS de Niort le 02/10/2012, et a enregistré une nouvelle commande dont je viens de recevoir le récapitulatif sous le N° 194219.
 
Il se trouve que, malgré les assurances reçues ce matin au téléphone, je n'ai pas les délais de livraison et il n'est mentionné nulle part que la somme de 2220 € est réglée à la Camif depuis le 21/09/2012.
 
J'exige d'avoir ces délais, de ne plus trouver trace de la commande 200077607 sur mon suivi de commandes Internet et de trouver en lieu et place la commande 194219 avec le détail de la livraison et la mention que le règlement est bien effectué.
 
J'ai contacté à nouveau le SAV par téléphone pour appuyer un Email que je venais de lui adresser (14 h 32). La conseillère n'était toujours pas en mesure de donner satisfaction à mes demandes qu'elle reconnaissait légitimes. Elle ne m'a pas garanti de réponse avant demain (17/10/2012), éventuellement. Je lui ai exprimé mon mécontentement et mon exigence d'avoir une réponse écrite à mes demandes, au plus tard en fin d'après-midi.
 
Monsieur le Directeur, le dossier s'alourdit de jour en jour, d'autant que le SAV reconnaît ne pas être au point au niveau informatique pour prendre en compte les commandes par téléphone ! C’est le moins que l’on puisse dire et vos faiblesses ne se limitent pas à ce secteur…
Je vous dis que c'est lamentable et qu'à ce train-là, la Camif a ses jours comptés.
 
En attendant, ce qui m'importe c'est de rentrer dans mes droits.
 
Je vous rappelle que vous avez encaissé la somme de 2220 €, depuis le 21/09/2012 et que je ne suis toujours pas livré et, pire encore, je ne sais toujours pas dans quels délais, je serai en mesure de réceptionner ma commande.
Je vous fais enfin remarquer que jusqu'à présent, vous n'avez pas daigné répondre à mes deux précédents courriels adressés par le biais du site Internet Camif.
 
Est-ce du dédain ou tout simplement de l'incompétence ? Peut-être les deux.
 
Comptez sur moi pour mettre les associations de consommateurs sur le coup. Elles vous assureront une bonne publicité.
10/ Je viens de contacter (17/102012), à nouveau, le SAV par téléphone.
Comme d'habitude je m'entends dire "Nous comprenons votre mécontentement" et comme d'habitude je m'entends dire que la Camif ne peut pas me donner des délais de livraison plus raisonnables.
 
J'ai commandé le 20/09/2012 (commande N°200077607). Cette commande a été refusée par la plate-forme AGEDISS de Niort le 2 octobre. Je n'ai eu cette information que parce que j'ai téléphoné le 15 octobre, date limite du délai de livraison. La Camif est incapable de reconnaître sa responsabilité et au lieu de faire face à ses responsabilité à l'outrecuidance de "m'offrir" un bon d'achat de 75 € pour amortir le coup. C'est proprement insultant ! C’est, en plus, une imposture : non seulement vous êtes incompétents, mais en plus vous profitez d’une situation inconfortable pour vous pour gagner plus d’argent ! Je vous signale que 75 € de bon d’achat n’a rien à voir avec un remboursement de 75 €. J’espère que vous saisissez la différence...
D’autre part, pensez-vous vraiment que 75 € de remise est une somme représentative eu égard au préjudice subi ?
 
J'ai écrit 3 fois à la DG de la Camif qui ne m'apporte aucune réponse sur les questions posées !
Je viens encore de m'entendre dire par la conseillère que j'ai eue en ligne qu'elle faisait remonter mon mécontentement. A quoi cela sert-il puisque rien ne change ?
Je veux des délais plus rapprochés et une réponse écrite et individualisée en réponse à ma dernière communication téléphonique et à ce courriel.
Pour le moment j'ai été débité de 2220 € au bénéfice de la Camif le 21/09/2012 et si ce que la conseillère a tenté de m'expliquer est exact, je ne peux rien espérer avant le mois de décembre. Mon Bahut actuel est vidé, les affaires sont entreposées dans plusieurs pièces de ma maison et le meuble est démonté, puisque normalement, le 15/10 au plus tard, je devais être livré !
11/ Je viens de recevoir ce courriel émanant de Camif : [Contacter la direction générale] - Pascal - 194219 [181875-1350462845] dg@groupe-matelsom.com :
 
« Merci de nous avoir contacté par email
 
Nous ne pouvons pas vous livrer plus rapidement.
Vos articles Bergen sont pris en charge par le transporteur Agediss chez notre fournisseur, ce n'est pas expédiés de notre entrepôt.
Agediss nous a communiqué l'information de la casse transport le 15 octobre et nous vous avons prévenu le jour même.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette casse tranport tout à fait indépendante de notre volonté.
 
Cordialement,
Fabienne
Votre Conseiller Camif »
 
Il ne règle toujours rien et est mensonger : c’est moi qui ai pris contact le 15/10/2012 avec la Camif pour lui relater mes conversations avec AGEDISS, comme relaté plus haut, et c’est seulement après que la CAMIF, par courriel m’a confirmé la casse transport en date du 15/10/2012 16 h 34. Je vous rappelle à nouveau que cette casse transport a été constatée le 02/10/2012 par la plate-forme AGEDISS de Niort !
 
  • Je vous demande, Monsieur, ce que représente un client pour La Camif : une personne qui a droit à un service ou simplement un chèque ?
 
  • Je vous demande, Monsieur, où est le respect du client, dans cette histoire ubuesque.
  • Je vous demande, Monsieur d'user de toute votre autorité pour que mon cas soit réglé au plus vite et de m'en tenir informé dans les plus brefs délais.
 
  • Je vous demande, Monsieur d'accepter l'idée que ce qui se passe est inadmissible et que vous avez un devoir de réparation. Lequel ? A vous de décider en responsable que vous êtes. En ce qui me concerne j'attends réparation de La Camif et intervention pour que ma livraison se fasse au plus vite et que je sois prévenu à temps pour être présent à mon domicile.
 
  • J'userai de tous les moyens légaux à ma disposition pour obtenir satisfaction.
 
  • D’ores et déjà, je mets cette affaire entre les mains des organisations de consommateurs et vous constaterez très prochainement qu'il ne s'agit pas d'une vaine menace.
  • Je tiens la Camif pour responsable de ce préjudice financier et matériel.
Dans l'attente de vous lire très prochainement (?), je vous salue parce que je suis poli.
 
JM Pascal
 
Suite à cette lettre, comme par hasard, je reçois un courriel de la DG de La Camif qui m'annonce que : " Suite à vos demandes, nous avons pris contact avec notre fournisseur qui accepte d'expédier rapidement votre commande.
Livraison prévue entre le 5 et le 12 novembre.
Nous espèrons que cette réponse vous apportera satisfaction. "
Je venais de gagner quasiment 1 mois sur les délais pourtant annoncés comme incompressibles !
 
L'UFC Que Choisir a été saisie et a relayé mon action.
 
Tous les jours, j'ai harcelé la Camif, tant au niveau du SAV que de la Direction. J'ai fait le siège de leur page Facebook, au point de la bloquer. La lecture en était édifiante, tant il y avait de mécontents.
 
Il me reste un dernier combat à gagner : obtenir une indemnisation pour les préjudices portés (financiers comme matériels), a fortiori, vu les finitions plus qu'approximatives (c.f. photos plus haut) du haut du meuble qui coûte tout de même la bagatelle de 1095 €. J'ai finalement accepté la réception, tellement j'en avais assez de la pagaille dans mon logement.
 
La moralité de cette histoire est :
  1. il ne faut pas accepter l'inacceptable,
  2. les associations de consommateurs ça sert à quelque chose,
  3. je n'achèterai plus rien dans cette enseigne qui trahit aujourd'hui l'esprit coopératif de ses inventeurs qui étaient eux des militants du monde associatif et syndical. Je vous invite, chers amis lecteurs à en faire de même, car on ne peut pas laisser des entreprises qui n'ont aucune éthique, continuer à faire de l'argent sur le dos des consommateurs.